Ossi Saarinen's urban nature photography story: a fox stares at us through a gap in a bush, which is out of focus.

PHOTOGRAPHIE DE NATURE

Face à face : Ossi Saarinen et la photographie de nature urbaine

Grâce à ses photographies représentant la nature urbaine, Ossi Saarinen est suivi par des centaines de milliers de followers sur Instagram. Il poste principalement des photos d'animaux attachants prises en Finlande, dans les rues d'Helsinki, de la ville d'Espoo, ou aux alentours.

Afin de résister aux pressions accompagnant la vie citadine moderne, ce jeune homme de 22 ans parcourt chaque semaine la banlieue pour enrichir son book de portraits intimistes d'animaux très expressifs. « Lorsque je me retrouve à l'extérieur, je parviens à vider totalement mon esprit de toutes mes corvées et je peux me détendre, et ce, même lorsque je prends des photos. Je savoure chaque instant passé dans la nature », explique-t-il. De son premier face à face avec quatre bébés renards à sa célébrité acquise sur Instagram (sous le pseudo de @soosseli) quelques années plus tard, Ossi Saarinen partage avec nous son histoire, celle de la photographie de nature urbaine. Il dispense même quelques conseils sur la façon de développer une communauté sur Instagram.

L'histoire d'Ossi ainsi que ses conseils seront une source d'inspiration et vous encourageront à vous munir de votre appareil photo et à immortaliser es espaces verts qui vous entourent, que ce soit un parc ou les arbustes qui constellent les rues de la ville. Les animaux urbains étant moins timides face aux humains que leurs cousins des campagnes, vous pouvez vous retrouver face au sujet idéal plus vite que vous ne le pensez.

Quand avez-vous commencé à vous intéresser à la photographie de nature ?

« D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été très intéressé par la nature et plus particulièrement par les animaux. Il y a trois ans, j'avais alors 18 ans, j'ai pris ma toute première photo et j'ai réalisé à ce moment-là que je pouvais conserver des instants mémorables passés dans la nature. »

Pensez-vous qu'il existe beaucoup de jeunes qui photographient la nature ?

« Oui. Je pense que cette tendance est devenue très populaire très rapidement, du moins d'après ce que j'ai observé sur Instagram où un grand nombre de nouveaux profils sont apparus. Les gens sont de plus en plus intrigués par la nature, peut-être parce qu'ils voient passer tellement de belles photos sur les réseaux sociaux.

J'aime prendre la nature en photo pour pouvoir immortaliser un moment et y replonger un peu plus tard. De plus, j'aime les défis. Tous les jours, j'essaye de prendre une meilleure photo que celle que j'ai prise la veille. »

Quel équipement utilisiez-vous lorsque vous avez commencé la photographie ?

« Mon père avait un Canon EOS 100D qu'il m'a prêté. Je m'en suis servi pendant un ou deux ans. Avec cet appareil, j'utilisais un objectif Canon EF-S 55-250mm f/4-5.6 IS STM, qui ne m'a pas coûté très cher. Aujourd'hui, je me sers d'un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L USM et d'un appareil photo Canon EOS 6D plein format. »

Vous habitez en ville, alors comment trouvez-vous autant d'animaux à photographier ?

« Vous n'avez pas à aller bien loin pour trouver des coins de nature dans la ville ; dans mon ancien appartement à Espoo, la cour abritait une tanière de renards. Même en plein centre d'Helsinki, il est possible d'apercevoir des écureuils, des sortes de ratons-laveurs et des hiboux. On peut trouver des animaux dans toutes sortes d'endroits, même ceux où la nature est peu présente comme les buissons et les arbustes. Même dans les plus petits parcs, vous pouvez trouver des animaux. »

Avez-vous déjà utilisé des pièges photographiques ?

« Une fois, j'ai installé un piège photographique dans une forêt à proximité d'une tanière de renards juste pour voir comment cela fonctionnait, car je voulais voir ce qui s'y passait la nuit. C'est le seul moment où j'en ai utilisé. Il est possible qu'à l'avenir j'en utilise plus si je souhaite photographier des espèces plus farouches dans des zones rurales. Avec les animaux des villes, je n'en ai pas besoin. »

Articles liés
canon-get-inspired-ossi-saarinen-urban-nature-photography-story-related1-185x94

PHOTOGRAPHIE DE NATURE

Comment immortaliser la nature en pleine ville

Ossi Saarinen partage avec nous les meilleurs réglages d'appareil photo ainsi que des techniques créatives pour photographier la nature urbaine.

canon-get-inspired-ossi-saarinen-urban-nature-photography-story-related2-185x94

PHOTOGRAPHIE EN PLEIN AIR

Comment le Moonwalker de Munro photographie les montagnes ?

Des macros colorées aux sommets embrumés, voici comment Alan Rowan utilise le Canon PowerShot SX740 HS pour réaliser le cliché parfait.

canon-get-inspired-ossi-saarinen-urban-nature-photography-story-related3-185x94

PHOTOGRAPHIE DE VOYAGE

11 conseils pour photographier vos escapades citadines

Découvrez comment tirer le meilleur parti de votre appareil photo lors d'une escapade citadine pour capturer l'esprit et l'atmosphère de la jungle urbaine grâce à quelques conseils et astuces simples.

Avez-vous une photo préférée ?

« En fait, j'ai pris ma photo préférée le premier jour où j'ai photographié des renards. Je traversais la campagne en voiture dans le but de photographier quelques fleurs au petit matin. Mais après une nuit où il avait fait froid, les fleurs étaient fermées, j'ai donc décidé de rentrer chez moi. Sur le chemin, j'ai vu des petites créatures qui traversaient la route.

Je n'étais pas vraiment certain de leur espèce, j'ai donc décidé de me garer et de sortir tout doucement de la voiture. C'est à ce moment-là que j'ai vu ces petites créatures s'abriter en dessous d'une vieille cabane. Je me suis allongé à quelques mètres et j'ai attendu de voir ce qui allait se passer. Quelques instants plus tard, ces tout petits bébés renards sont sortis. Ils n'avaient pas vraiment peur de moi, ils jouaient simplement autour de la cabane. J'ai dû prendre entre 200 et 300 photos et ma préférée est celle où quatre bébés renards donnent l'impression de marcher vers l'appareil photo [voir photo ci-dessus]. Je pense que la photographie de nature m'a rendu patient ; il le faut pour prendre une belle photo. »

Votre style est vraiment unique, souvent avec une faible profondeur de champ et à des angles permettant de rendre le sujet plus mignon. Pensez-vous à tout cela au moment de prendre une photo ?

« Je ne pense pas à cela lorsque je prends des photos ; c'est surtout au moment du choix des photos à publier que j'essaye de choisir celles où le sujet ressort le plus, presque comme si ce dernier surgissait de l'arrière-plan en dansant. J'obtiens cet effet grâce à une grande ouverture, pour que l'arrière-plan soit flou.

J'utilise habituellement le mode de priorité à l'ouverture (mode Av) puis je règle sur la plus grande ouverture possible, par exemple f/2.8 selon l'objectif. J'utilise parfois le mode manuel, mais très souvent la lumière change très vite et les animaux changent de place ; le mode Av est donc plus facile à utiliser que le mode manuel pour obtenir de meilleurs temps de réponse.

Au début, je n'essayais pas de les rendre plus mignons, selon moi, comme la queue des oiseaux n'est pas souvent visible, ils ont l'air plus ronds. J'essaye souvent aussi de prendre des photos où ils regardent droit vers l'appareil. Je prends plusieurs photos à la fois et j'essaye de choisir celles où l'expression de l'animal est la plus drôle ou celles où il a l'air le plus bizarre. »

A small mouse surrounded by autumn leaves on the ground takes a nut from a man's hand.

Que conseillez-vous aux personnes qui se demandent s'ils devraient acheter un appareil photo ou simplement utiliser celui de leur téléphone ?

« Les téléphones peuvent être utilisés pour certains paysages, mais pour photographier des animaux, la portée limitée de l'objectif d'un téléphone ne vous permettra pas d'obtenir des clichés aussi rapprochés. Par ailleurs, les animaux se déplacent vite, et l'appareil photo d'un téléphone n'est pas d'assez bonne qualité pour figer le mouvement. De plus, vous ne pouvez pas prendre de photos dans le noir avec un téléphone. »

Quel est votre équipement préféré pour photographier la nature ?

« Je dirais l'objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L USM que j'utilise avec mon appareil photo Canon EOS 6D. Le zoom me permet de photographier des animaux proches de moi, mais aussi ceux un peu plus éloignés. De plus, l'ouverture f/2.8 est idéale dans la pénombre. Je préfère les objectifs avec une grande ouverture comme celui-ci, car vous avez besoin d'une vitesse d'obturation rapide pour figer les animaux en mouvement. De plus, l'objectif n'est ni trop lourd ni trop gros à transporter. Un jour, j'aimerais bien passer à la deuxième ou troisième version [qui ajoutent toutes les deux des stabilisateurs d'image, pour permettre aux images de rester nettes], mais le plus important pour moi est que l'autofocus soit rapide. »

Avec plus de 100.000 followers sur Instagram, votre communauté est assez impressionnante. Comment avez-vous rassemblé un tel public ?

« J'ai toujours publié mes photos préférées sur Instagram. Après mes premières photos de renards, j'ai commencé à me faire remarquer par certains comptes Instagram qui présentent le travail d'autres personnes [lorsqu'il publie ses photos, Ossi utilise des hashtags populaires et des hashtags associés à ces comptes, ce qui permet à ces derniers de voir son travail]. Quand ils ont partagé mes photos, j'ai gagné des followers.

Aujourd'hui, des sites Web partagent également mes photos et rédigent des articles à leur sujet. Il y a quelques jours, un site Web a partagé mes photos dans un article et celui-ci a en quelque sorte fait le buzz [467.000 vues au moment de la rédaction]. En trois jours, j'ai gagné environ 15.000 nouveaux followers. »

Composez-vous votre photo en pensant à Instagram, par exemple en plaçant l'animal au milieu du cadre ?

« Oui. Depuis peu, je commence à penser à l'aspect final de la photo sur Instagram puisqu'il s'agit de mon canal principal pour partager mes photos. En général, j'essaye donc de placer l'animal au centre de la photo. Je prends des photos à la fois horizontales et verticales, mais lorsque je pense à Instagram, les clichés verticaux sont plus appropriés. Pour que mes followers restent intéressés, je ne partage que de nouvelles photos au lieu de republier des clichés plus anciens. Que ce soit des bébés renards ou d'autres bébés animaux, les photos d'animaux mignons fonctionnent très bien. »

Article rédigé par Kathrine Anker et David Clark

Articles liés



La section Inspirez-vous est votre source principale d'astuces photo, des guides de l'acheteur et des interviews enrichissants : tout ce dont vous avez besoin pour trouver le meilleur appareil photo ou la meilleure imprimante, et pour donner vie à votre prochaine idée créative.

Voir tous les articles

Produits associés